La spiritualité laïque

Bruno Etienne et la spiritualité laïque du 21ème siècle

Bruno Étienne Dans “L’Eglise, l’Etat et l’Entreprise ” chez Odile Jacob écrivait “La société a changé, la religion est devenue un super market dans lequel chacun fait son marché, en mélangeant un peu de tout, avec des emprunts de croyances à diverses confessions, une forme de religion personnalisée. Les exemples pullulent. A mon époque, quand on était franc-maçon, on était laïque, socialiste. Mon pépé de la Roque d’Anthéron, qui était tailleur de pierre et franc- maçon, poursuivait le curé dans la rue en criant “croa, croa”. Maintenant, il ne reste plus qu’une loge à Aix où l’on crie “à bas la calotte”. O surprise, ma loge était dirigée par un musulman jusqu’à l’an passé et deux ateliers féminins de Marseille ont des beurettes comme vénérables. Qui aurait pu penser que l’on pouvait pratiquer à la fois la franc-maçonnerie et l’islam ? “

C’est dans ce contexte de personnalisation des choix, d’une certaine solitude sur la voie choisie (ou les voies), que se pose aujourd’hui la question de la spiritualité, tout comme celle de la laïcité : la diversité des pratiques et la liberté absolue de conscience ne se conçoivent plus face à des blocs, à des institutions, de croyance, à des systèmes stables.

Dans une interview à La Provence, il aborde la question de la spiritualité laïque (approfondie dans divers livres dont La spiritualité maçonnique : Pour redonner du sens à la vie, Paris, Dervy, 2006. et Pour retrouver la parole, La table ronde. 2006. Bruno Étienne. De la spiritualité maçonnique ou pour construire une spiritualité laïque pour le XXIe siècle. (p. 57-130).

Extrait :

La franc maçonnerie dans tout cela ? J’y suis rentré pour des raisons politiques, mon grand-père était communiste et mon parrain maçon. J’y suis resté parce que ce qui m’intéresse c’est d’avancer soi même. Pour moi la FM s’inscrit dans le champ religieux, au même titre que le bouddhisme. Les jeunes, ne vont plus rejoindre la Franc maçonnerie pour les mêmes raisons. Moi à l’époque, j’étais de gauche, tiersmondiste, maintenant les jeunes qui nous rejoignent le font pour d’autres raisons. Ils ne recherchent pas une annexe du PS, ils veulent de la spiritualité, une spiritialité laïque, hors des institutions ecclésiastiques. La grande suprise, c’est la présence de beurs et beurettes. Il y a au moins deux loges de la Grande loge féminine à Marseille qui sont dirigées par des musulmanes, et le vénérable de mon atelier était jusqu’en 2007 musulman. Il y a 40 ans, les rares musulmans qui adhéraient à la FM étaient athées, ce n’est plus le cas. La FM a été chrétienne, impériale, monarchique , c’est une institution humaine, elle a un inconvénient, les apparatchiks produisent un discours qui ne reflète pas toujours ce qui se passe dans les loges. Parce que ce qui se passe là, à l’intérieur des loges et des régions, ce sont des débats incroyables, d’une grande qualité. La Franc maçonnerie est confrontée à deux courants, l’un est porté sur l’extériorisation, la stratégie au sein de la société et l’autre qui dit aux frères, commencez à construire ce que vous êtes et vous serez meilleurs dans la société. Jusqu’à maintenant et depuis la IIIe République, la première tendance était majoritaire. Aujourd’hui, c’est l’autre qui est en train de le devenir. Il y a un changement qualitatif, globalement, au Grand orient de France, soit mille loges, 130 travaillent au rite REAA faisant référence au Grand Architecte, une centaine au RER qui est chrétien, une centaine au rite français rétabli ancien. Donc il y a au moins un tiers qui croient au Grand Architecte au Grand Orient. Sur le terrain, la composition des loges sur Aix est à peu près la composition socio professionnelle et politique de la société française. A l’exception de l’extrême droite, rare en FM, de l’extrême gauche inexistante à part quelques anciens trotskistes. Mais on ne commence plus en FM avant 35 ans, à mon époque c’était 2O. Il n’y a plus d’ouvriers, pas de paysans, à part quelques viticulteurs plutôt bourgeois. Pour moi, la Franc maçonnerie n’est pas LA solution au problème du monde moderne, mais peut faire partie de la solution. C’est une vieille idée d’un vieux pasteur, Wilfrid Monod, père des deux Monod, qui avait créé le Tiers ordre des veilleurs. Je crois en des groupes discrets, pas forcément secrets, mais qui travaillent à l’abri du prime time, de l’audimat, et qui sont des éveilleurs. Des gens qui posent des questions impertinentes, mais qui sont aussi des veilleurs, des gens capables de dire “oh société tu as la fièvre, si tu veux casser le thermomètre, c’est ton problème mais attention”. Il me semble que dans le cadre d’une spiritualité laïque, dégagée des Eglises et des partis, la FM moderne qui a 250 ans, qui a survécu à tous les régimes est un lieu où cela peut se passer. Chacun à sa place doit être meilleur et le monde fonctionnera mieux.

 

Un texte du Grand Chapitre du GODF RILKE OU DESCARTES : QUELLES VOIES VERS UNE SPIRITUALITÉ LAÏQUE ?

Propose l’initiation comme rupture, face aux “vendeurs de bien-être”

Dans cette optique d’E. Morin, pour Michel Eynaud, le renouveau est à rechercher dans le marginal, dans l’étranger. Ce sentiment d’étrangeté qui surgit par surprise dans nos rêves. Mais aussi celui qui vient nous remettre en question, nous interroger. Celui qu’il faut accueillir et intégrer, ce qui ne signifie pas soumettre ou domestiquer… L’autre qui débarque avec son ailleurs, ou la part de folie qui sommeille en chacun et nourrit sa créativité du sang de ses blessures secrètes.

Quand les vendeurs de bien-être vendent les secrets de l’équilibre, il faut peut-être réhabiliter la rupture. Avancer requiert bien des renoncements, dont le premier est celui de la certitude en un but connu et prédéterminé. L’initiation commence par ce type de rupture, dans l’inconfort d’un chemin qui n’est possible que « ni nu, ni vêtu », après la remise en question de toutes ses évidences, scellées dans un testament voué à disparaître dans les flammes. L’initiation continue par l’accès à une tradition qui est autant patrimoine à revisiter que mouvement à réinventer, création à expérimenter, devenir. Quand la démagogie propose la simplification, il faut sans doute promouvoir le complexe, accepter le partiel et limiter. « Il faut nous réarmer intellectuellement en nous instruisant à penser la complexité. La perte du futur est un gain si elle nous dévoile l’aventure inconnue. Il nous faut développer la conscience de l’ambiguïté des processus scientifiques et techniques, la conscience de l’incertitude de notre devenir. Il nous faut développer la rationalité autocritique au sein de notre raison. » E. Morin

… Et y situe le propos de Bruno Etienne à propos de l’initiation comme chemin de construction spirituelle laïque :

D’autre part dans cette quête des voies nouvelles et spécifiques qui permettraient de construire une spiritualité laïque, Bruno Étienne évoque notamment celle de l’initiation (p. 121), c’est-à-dire l’exercice de l’anamnèse spirituelle. Elle-même se pratique dans le regard de l’auto-analyse de l’initié qui revisite son monde intérieur (p. 128). Cette anamnèse maçonnique d’accès à la connaissance de soi et de l’autre, donc du monde et des dieux, à son image symbolique dans l’injonction latine vitriol. Pour Bruno Étienne, l’initiation au premier degré est le début d’une lente progressivité à travers l’art royal, c’est-à-dire cette logique de l’interprétation qui permet de comprendre les formes de la vie fixées durablement et de laisser à sa place l’événement, fût-il progressiste. Pour Bruno Étienne il nous faut sortir par le haut en suivant la discipline initiatique qui renvoie toujours au bas, selon une progression par grades et degrés. Nous serons alors progressivement transmutés et donc illuminés. Car ce qui fait l‘essence de l’homme est le fondement métaphysique de sa liberté qui le plie dans son être comme puissance du devoir-être, qui le propulse dans le risque pour devenir cet être-là conscient, en exigence de dépassement de soi. Construire le temple intérieur : il n’est pas d’autre finalité. Ensuite seulement, on peut indiquer quelques orientations afin de participer, tout en rejetant la tentation de la directivité, à la construction du temple de l’humanité.

etre-sage-est-ce-bien-sage2Extraits de “Etre sage, est-ce bien sage”

 

About Magdala

Responsable éditorial.No information is provided by the author.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.